Les astronomes réclament un ciel étoilé

Publié le par dita

Le 22 janvier 2008

L'association Loar Gann profite de l'élection municipale pour demander une réduction des pollutions lumineuses. Un tiers de l'éclairage serait inutile.

« La plupart de nos contemporains n'ont jamais vu la voie lactée ou s'imaginent qu'on ne peut la voir qu'en montagne. » Ce constat formulé par Jean-Michel Manac'h, nouveau président de Loar Gann, désole les membres de l'association d'astronomie. En cause, la pollution lumineuse qui empêche l'observation du ciel dans les agglomérations et à proximité : « Normalement, on peut voir 3 000 étoiles à l'oeil nu, mais on n'en voit plus que quelques dizaines dans les villes comme Quimper. »

Le phénomène a des conséquences pour les insectes qui se brûlent sur les lumières ou pour les oiseaux migrateurs habitués à suivre les côtes qui se déroutent par peur de la lumière. « Même les humains peuvent en subir les conséquences dans le rythme jour-nuit »Pour tenter d'enrayer le phénomène, l'association a décidé d'écrire à chacune des listes candidates aux municipales dans l'ouest de la Cornouaille pour les inciter à prendre des mesures. « Nous sommes décidés à sensibiliser les candidats mais aussi les citoyens. Cela concerne tout le monde car l'éclairage gaspille de l'énergie et coûte aux contribuables. »Le halo lumineux autour des villes et du littoral a conduit Loar Gann à installer son observatoire à Coray. Mais même de cet endroit, on perçoit la lueur de Quimper ou de Concarneau. « La lumière progresse de 5 % à 10 % par an, s'alarme Laurent Laveder, un des 48 adhérents de l'association. À cause de l'urbanisation, mais aussi du confort : là où la lumière s'arrêtait à 22 h auparavant, elle se poursuit parfois toute la nuit. » La sécurité est souvent mise en avant. Mais Jean-Michel Manac'h a beau jeu de rappeler que 80 % des agressions se produisent en plein jour.

 

 

En dix ans, la consommation électrique pour l'éclairage a augmenté de 25 % en France où elle est deux fois plus élevée qu'en Allemagne. Selon l'Ademe (agence pour la maîtrise de l'énergie), 30 % à 40 % de la lumière est inutilement dirigée vers le ciel.

L'association Loar Gann va demander aux candidats de se prononcer sur cinq conseils qu'elle leur donne : opter pour des éclairages directionnels et non élouissants (ampoule encastrée) aux heures utiles. Ils préconisent par exemple d'éteindre les monuments à 22 h. « On fera un état des réponses à quelques jours de l'élection », avertissent les astronomes amateurs.

source : http://www.quimper.maville.com/

Publié dans Actualité

Commenter cet article