Potocnik photographie une galaxie spirale barrée

Publié le par dita

Le 13 novembre 2007

Lors d'une visite à l'European Southern Observatory (ESO, l'observatoire européen austral), le commissaire européen chargé de la science et de la recherche a pris la photo d'une galaxie spirale à proximité, dénommée NGC 134.

Sur son blog, le commissaire écrit: «À deux heures d'autobus de la ville la plus proche, Antofagasta, au milieu de nulle part et à 2600 mètres d'altitude, s'élève un observatoire astronomique de pointe qui permet aux scientifiques de toute l'Europe d'exploiter certaines des technologies les plus avancées et des techniques les plus sophistiquées du domaine de l'astronomie».

«Le VLT, ou Very Large Telescope (très grand télescope) ainsi que les autres télescopes permettent aux scientifiques d'étudier des objets situés au fin fond de l'univers. J'ai pu moi-même identifier ma propre galaxie et lui donner un nom! Qui sait si, un jour, grâce aux scientifiques les plus éminents et aux équipements de pointe actuels, nous découvrirons que nous ne sommes pas seuls dans l'univers ou même que ma galaxie nous cache des secrets encore inconnus», a-t-il ajouté.

C'est lors d'une visite à l'observatoire au Chili que M. Potocnik a pu observer la galaxie NGC 134, surnommée «Island in the Universe» («Île dans l'univers») au moyen du très grand télescope (VLT). Pourtant semblable à notre galaxie, la galaxie spirale NGC 134 présente un disque extrêmement déformé.

«Bien que le disque d'une galaxie soit souvent décrit comme une structure plate de gaz et d'étoiles entourant le centre de la galaxie, un disque déformé est une structure qui, une fois vue de biais, ressemble à un vinyle resté trop longtemps au Soleil», expliquent les astronomes de l'ESO.

La cause exacte de cette déformation, pourtant présente chez la moitié des galaxies spirale connues, reste un mystère. Cependant, de nombreuses théories tentent d'expliquer le phénomène. L'une des possibilités serait que ces déformations résultent d'une collision avec une autre galaxie. Ce genre de contacts produit des traînées de matière lorsque les deux galaxies se séparent après l'impact.

D'après les chercheurs, l'image du VLT indique que NGC 134 possède effectivement une «traînées de gaz arrachée du bord supérieur du disque».

La question que se posent les chercheurs est la suivante: «NGC 134 a-t-elle rencontré une autre galaxie dans le passé? Ou est-ce qu'une autre galaxie exerce une attraction gravitationnelle sur elle ? C'est une énigme que les astronomes doivent résoudre», ont-ils ajouté.

L'image du VLT que le commissaire européen a photographié révèle également que la galaxie dispose de certaines régions dans lesquelles se forment les étoiles. Ces régions apparaissent en rouge sur la photo et sont composées d'hydrogène ionisé.

NGC 134 a été découverte par Sir John Herschel au Cap de Bonne-Espérance et est située dans la constellation australe du Sculpteur. Cette galaxie se trouve à environ 60 millions d'années-lumière. Lorsque la lumière captée par le VLT a quitté la galaxie, un épisode dramatique d'extinction de masse a conduit à la disparition des dinosaures sur Terre, préparant le terrain pour l'apparition des mammifères et plus tard des humains.

Pour de plus amples informations, consulter:
http://www.eso.org/public/
http://blogs.ec.europa.eu/potocnik/ 

Source : http://cordis.europa.eu/fr/home.html

Publié dans Actualité

Commenter cet article